Surmonter le blocage

Hey ! Tu as failli pas me mettre !

      Je bloquais, t’avais rien à dire !

      J’ai toujours quelque chose à dire !

      Ah oui ? Vas-y, éblouis moi.

      Eh bien… Euh… Tu sais pourquoi les castors ont la queue plate ?

      Euh… non…

      Bah, c’est à force de se faire sucer par des canards !

      Attends ! Tu es venue t’incruster juste pour ça ? Sérieusement ?

      C’est drôle !

      Bon, on va passer à l’article. Parce qu’avoir l’image d’un canard qui suce un castor, merci bien !

      Donc, aujourd’hui, nous allons parler blocage. Ce vilain obstacle qui aime se mettre sur la route des écrivains. Il a plusieurs origines : le doute de soi, le questionnement sur ses personnages, l’absence d’inspiration ou d’idées pour la suite. Mais, heureusement, il n’est pas si difficile que ça à surmonter.

      Il y a deux écoles, ceux qui ont besoin de forcer pour y arriver et ceux qui enrayent la machine s’ils s’acharnent. Personnellement, je suis de la seconde catégorie et c’est d’elle dont je vais vous parler.

      Déjà, fermez votre fichier. Vraiment, enregistrez et fermez. Car tant que le fichier sera ouvert, il tournera en programme de fond et nourrira un cercle vicieux. Donc fermez ce fichier et commencez par vous distraire. Film, série, tricot, marche ou du sport, quelques choses qui accapare assez votre attention pour oublier un peu votre texte et qui laisse assez de liberté de penser pour laisser l’opportunité à une idée de se présenter.

      Si cette première solution ne marche pas, vous pouvez passer à la suivante. Prenez le temps de vous faire une playlist, d’aller sur pinterest pour chercher des images qui vous inspirent. Laissez doucement les idées venir et germer. S’il faut plusieurs jours, ce n’est pas grave. Il ne faut pas culpabiliser. Je vais vous confier un secret : j’ai au moins dix manuscrits en attente. Des textes que je ne me sens pas d’écrire actuellement pour diverses raisons. Mais je ne les oublie pas. Et ça ne m’empêche pas de publier. J’apprends juste à écouter mes envies, car lorsque je suis dans un manuscrit, je le vis à fond. On ne fonctionne pas tous comme ça, bien sûr. Mais sachez que si vous opérez comme moi, alors il faut s’écouter.

      Avoir un blocage ne fait pas de vous un mauvais écrivain. L’écriture sollicite beaucoup d’énergie. C’est un exercice difficile. Et mener un projet à bout demande une implication incroyable. Alors, prenez soin de vous. Faites des pauses si vous en avez besoin. Et ne vous comparez pas aux autres. Votre roman, c’est votre chemin. Peu importe du temps que vous mettez pour arriver à destination.

***

DECOUVRIR MISS CATASTROPHE
SANS ENGAGEMENT – RÉSILIABLE À TOUT MOMENT – 9€90 PAR MOIS – 14 JOURS OFFERTS AVEC LA POSSIBILITÉ D’ANNULER SON ENGAGEMENT AVANT LE PREMIER PRÉLÈVEMENT
PROFITER DE L’OFFRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *