Mon quotidien

      Deuxième article et déjà en panne d’idée pour l’intro ? 

      Non ! … Enfin si. Il faut dire que cet article n’est pas vraiment le deuxième que j’écris.

      J’avais oublié ton sens logique discutable…

Nianiania, logique discutable… je reviens à mon petit article !

      À cause de ma mauvaise carte évoquée dans le précédent article, j’ai pas mal de rendez-vous. Je planifie ma semaine le dimanche. D’ailleurs, pour les adeptes de l’organisation, pensez à zyeuter chez Action et Hema, car il y a souvent des planners sympas et pour un prix ridicule !

      Sur une semaine, j’ai donc mes rendez-vous, trois cours particuliers que je donne, le sport et la ligue qui est une activité que j’estime à temps plein.

      Mais quel travail me demande la ligue ? Tout d’abord, l’écriture. J’écris entre trente mille et soixante mille mots par mois. Si on veut vivre d’écriture lorsqu’on ne vend pas plusieurs centaines de milliers d’exemplaires sur un titre, il vaut mieux avoir un bon rythme et proposer plusieurs ouvrages par an aux lecteurs !

      Je fais également ma relecture avant de l’envoyer à mes bêtas de choc, et j’assure le premier bêta-reading. Je m’occupe aussi de créer tout ce qui est visuels, couvertures et les maquettes.

      Oh, et je rédige des articles pour le blog !

      Voilà pour la ligue. En ce qui concerne le sport, j’essaie d’aller trois fois par semaine à la salle au moins. Quand on a une activité aussi sédentaire que l’écriture, le sport devient rapidement indispensable. Je pratique l’aquawork, une sorte d’aquagym, le body balance qui réunit le Pilate, le stretching et le yoga puis je fais de la salle. D’ici la fin de l’année prochaine, j’aimerais aussi faire de la zumba.

      Mais à quoi ressemble une journée avec moi, au final ?

      La journée commence entre sept et huit heures. Quand je n’ai qu’un cours particulier de prévu en soirée, je commence par aller à la salle assez tôt. Lorsque je rentre, je bosse pour la ligue jusqu’à l’heure de mon cours. J’ai très peu de vie sociale, je suis du genre casanière et pas très à l’aise dans les lieux où il y a du monde. Je travaille actuellement entre trois et huit heures par jour pour la ligue. Trois lorsque j’ai des rendez-vous, et plus quand mon planning le permet.

      J’ai la chance d’avoir un bureau dans une pièce à part. Ainsi, quand j’entre dans mon bureau, je me considère au travail et plus à la maison. Et même si je suis libre d’écouter des vidéos youtube pendant que je travaille, je tâche d’être professionnelle et efficace. Avoir cette pièce à part me permet aussi de « quitter le travail » le soir. Quand on travaille à la maison, c’est rapidement compliqué de faire la part des choses entre le travail et le privé. Souvent la frontière est floue. Et beaucoup de télétravailleurs ont la sensation de ne pas être pris au sérieux. De ce côté-là, j’ai la chance d’avoir un entourage qui respecte mon travail et le fait que lorsque je suis dans mon bureau, je suis en mode « pro ».

      La difficulté quand on veut vivre de son écriture, c’est de se motiver chaque jour, car personne ne le fera à votre place. Souvent, la liberté qu’offre la perspective de travailler à la maison nous entraîne vers la procrastination et l’oisiveté. Il faut s’imposer un rythme, des horaires et des objectifs. Mais attention à ne pas vous écœurer. Fixez-vous des objectifs réalisables et progressez petit à petit jusqu’à trouver un rythme de croisière qui vous convient.     

Avec de la volonté, vous pouvez y arriver !

***

Retrouvez Anna-Victoria Val avec sa romance royale de Noël :

Une princesse, un geek et une imposture.

Noah ne voulait pas visiter l’Ambassade d’un royaume au nom imprononçable.

Elyna était lassée par cette interview avant même l’arrivée du journaliste.

Deux êtres qui ne s’attendaient plus d’être surpris par leur quotidien morose se retrouvent face à face. C’est alors qu’un jeu de séduction, de mensonges et de découverte va commencer.

Elle ne veut pas être une princesse quand elle est avec lui. Il ne veut pas être un geek looser quand il est avec elle.

La magie de Noël suffira-t-elle à faire naître l’amour ?

« Une nouvelle aussi douce et sucrée qu’une tasse de chocolat chaud » Le mot de la correctrice.

LIRE LE PREMIER CHAPITRE

ACHETER SUR AMAZON

 

PROFITER DE L’OFFRE

Un commentaire

  • Solinou

    Bonjour Les Demoiselles et plus particulièrement Anna pour cet article !

    Etant de nature un peu curieuse, je suis contente d’en apprendre un peu plus sur vous et votre rythme de travail et étant pour le moment belle-maman au foyer ça m’intéresse aussi de voir comment font les autres pour gérer leurs journées !
    J’adore les carnets de « planning » le problème c’est que je ne m’y tiens jamais… Pour 2020 j’ai décidé de faire une sorte de journal, pour lequel j’ai acheté plein de petits tampons rigolo qui vont me mâcher le travail de mise en page donc peut-être que je m’en sortirai mieux avec ça ! Ce n’est pas toujours simple de trouver le bon rythme et de s’y tenir alors bravo pour ton travail et ta persévérance ! Longue vie aux Demoiselles des mots !

    Des gros bisous, Soline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *